18avr

Et plonger

Comme il est bon de partir, de laisser tout derrière, de se dire qu’on s’en fiche, tout sera là en rentrant : les doutes et les questions, la liste des choses à faire, l’attente souvent trop longue, l’ordinateur qui chauffe de tant d’heures de pérégrinations sur la toile qui me détournent, distraite, et puis les mots-étoiles qu’on aimerait chanson-constellation en les reliant bien, en les cousant correctement les uns aux autres, ensemble, même si on se pique le bout des doigts avec l’aiguille parfois… Quelques jours loin de la maison où, le téléphone presque coupé, la 3G éteinte, les mails inaccessibles, les réseaux rompus, on ré-apprend pas à pas à regarder autour, à se sevrer un peu… Parenthèse chérie (comme j’aime les parenthèses).
3 petits jours et puis s’en vont.
Rentrer et tout d’un coup laisser surgir l’impatience de revoir l’écran s’allumer, de découvrir la longue liste des petites enveloppes dans ma boîte aux lettres virtuelle, les pensées, les photos des êtres proches bien qu’éloignés (Ouvrez la parenthèse : géographiquement parlant. Fermez la parenthèse.) qui naviguent et me content leurs dernières aventures. Tant et tant à rattraper. Puiser. Regarder. Cette fois, regarder dedans. Retrouver ce que l’on avait laissé là, en suspens. Et observer tout ça d’un autre oeil, finalement. Embrasser ces doutes, ces questions comme de vieux amis, ressortir la liste des choses à faire, repenser aux mots-étoiles et se dire qu’il est temps. Attendre. De nouveau. Et puis quand les ongles couleur océan ne suffisent pas, lever la tête et voir un bleu bien plus grand et… oui, plonger dedans.

Laisser un commentaire.

www.luciolesenvole.com || Contact
Sauf mention contraire, l'ensemble des textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de son auteur.
Merci de ne pas les copier, ou les reproduire, sans une autorisation écrite de l'auteur.